samedi 19 juillet 2014

Chers Amis, chers Camarades, chers Lecteurs internautes,

Lors des élections municipales de 2014 le présent blog a été mis en veille en raison de l'architecture du site internet spécialement dédié à ces élections  mis à disposition pour chaque candidat qui en avait pris l'option ( à charge  pour lui de l'alimenter ou de le faire alimenter en articles par son équipe).
Après les élections le blog a été remplacé par un site, d'abord hébergé aux Etats-Unis Chez Fatcow. Cependant, cet hébergeur ayant fait passer un après  le coût de son hébergement  d'environ 50 dollars à plus de 150 et le montant étant pris en charge personnellement, j'ai choisi un nouvel hébergeur.
Pour des raisons de droits sur le nom de domaine ( qui retournait à Fatcow dès lors qu'un nouveau paiement n'était pas réalisé pour une nouvelle année) on est passé de http://www.front-national-reims.com/ à http://www.front-national-reims.info/. 
C'est donc cette nouvelle adresse qu'il faut  faire pour nous suivre.

Jean-Claude Philipot
Porte-parole du groupe FN au conseil municipal de Reims
 https://twitter.com/JcPhilipot

 https://www.facebook.com/jeanclaude.philipot

tel 06 34 98 49 28

https://www.facebook.com/ReimsBleuMarine/

 http://www.front-national-reims.info/. 


jeudi 19 juin 2014



REIMS (51). Le futur complexe sportif sera implanté au Sernam


Publié le
Par L'union-L'Ardennais

sernam.jpg
"REIMS (51). Arnaud Robinet le confirme officiellement  : le nouveau complexe sportif, qui remplacera le Nautilud, verra le jour sur le site du Sernam. Le maire de Reims a réuni, ce jeudi 19 juin dans son bureau, les représentants de Réseau ferré de France (RFF), de la SNCF et les investisseurs qui planchent depuis six ans sur la reconversion de la friche, située à une centaine de mètres à vol d’oiseau des halles du Boulingrin. L’élu UMP détaille le dossier  : « Le projet initial de développement commercial est stoppé. Nous revoyons les choses, en accord avec tous les partenaires et avec la volonté commune d’avancer vite. D’ici quatre ans, il y aura à cet endroit une piscine olympique, une fosse de plongée et des bassins ludiques. Mais aussi une patinoire sportive et une autre publique, transformable pour d’autres événements »(... tout l'article)


Pas si irréaliste que l'on a semblé le dire la proposition de la liste Reims-Bleu-Marine Front National de mettre le futur centre destiné à remplacer le Nautilud sur le site de l'ex SERNAM de Reims...

Je me vois encore lors des débats , par deux fois et au moins à FR3 rappeler ce point inscrit dans notre programme. Je vois encore un des journalistes         (que je nommerai pas) un peu goguenard en entendant ma proposition... Mme Hazan me dire "alors vous allez devoir payer 30 millions d'€" d'indemnités...Et moi au deuxième passage de préciser que je savais que la proposition étonnait, que nous n'avons pas tous les éléments de dossier n'étant même pas dans l'opposition conseil municipal, mais que tout se négocie, notamment lorsque les projets n'arrivent pas à se concrétiser...

Et bien oui. Tout se négocie dans la vie, et par ailleurs le FN avait encore vu juste.

Jean-Claude Philipot
Porte-parole du groupe FN au conseil municipal de Reims

Journal l'Union

Un meurtrier s’évade à l’occasion d’une permission de sortie

Publié le - Mis à jour le 18/06/2014 à 09:53
Par Fabrice Curlier
"REIMS (51). Condamné à 20 ans de réclusion pour assassinat, un Rémois a profité d’une permission de sortie pour s’évader. Il a été retrouvé en un temps record".

Informée dimanche soir de l’évasion, la police a retrouvé le détenu dès lundi matin.
(...)
"Médéric Ménil a 36 ans. Il est originaire de Reims, lieu de son crime commis en juillet 1998. Après avoir dépensé 6 000 francs avec une carte bancaire volée à un quinquagénaire de ses connaissances, il était retourné chez lui, rue Roger-Salengro, pour le tuer de deux coups de couteau dans le dos afin de l’empêcher de porter plainte.
Condamné à trente ans de réclusion criminelle par les assises de la Marne, Médéric Ménil avait vu sa peine réduite à 20 ans par la cour d’assises d’appel des Ardennes. Normalement, avec les remises de peine, la sienne aurait pu déjà être purgée en 2014, mais un incident a fait sauter toutes les réductions auxquelles il aurait pu avoir droit" (...). Tout l'article: http://www.lunion.presse.fr/region/un-meurtrier-s-evade-a-l-occasion-d-une-permission-ia18b0n364594?xtor=EPR-5&utm_source=mailing&utm_medium=email&utm_content=article-1&utm_campaign=newsletter-vdn

 On est vraiment dans un pays gouverné par des fous, des irresponsables et par des idéologues tordus qui plaignent plus le truand que la victime.

Un lâche assassin de ce genre n'aurait JAMAIS dû bénéficier de permission pour voir quelqu'un de sa famille à l'hôpital. Pourquoi pas pour assister à la première communion d'un neveu?

 Soyons sérieux et mettons hors d'état de nuire de tels individus.

 Ils ont supprimé la peine de mort qui faisait peur aux truands et maintenaient leurs actions dans certaines limites. On condamne un salopard de ce type à seulement 20 ans. 
Ils ont établi la perpétuité qui n'en est pas puisqu'il ne s'agit pas d'une prison à vie.

 Ils mettent  maintenant en permission les pires crapules. 

Ils suppriment maintenant les peines planchers. Certes les juges ont une part de responsabilité, mais ils ne font qu'appliquer les textes votés par les uns et que les autres, véritables jumeaux n'osent pas remettre en cause.

L'Etat est responsable. Le personnel UMPS en place depuis 40 ans est responsable. Demain, je vote Front National pour la priorité aux victimes, pour une politique qui permettra de réduire la délinquance, pour changer ces lois qui ne sont faites que protéger le délinquant.

mardi 17 juin 2014

Conseil municipal du 16 juin 2014: oui, l'UMPS existe.


Certains pourraient croire que l'acronyme UMPS ne repose sur rien. Pourtant depuis 40 ans , en matière d'immigration,  de politique monétaire, de politique étrangère, de défense, de sécurité, de justice, de fiscalité, d'éducation, d'affaire familiale, de santé, de culture (... )  le  RPR-UMP et le PS se succèdent à la tête de l'État et mettent en oeuvre la même politique, la "droite" prétendant parfois, sur une petite partie de items précités, avoir une politique plus traditionnelle que la gauche, mais renonçant par lâcheté toute remise en cause de ce qu'à fait son prédécesseur une fois au pouvoir.

Certains pourraient croire que le concept est justifié au niveau de l'État, mais pas à celui d'une commune. Eh bien non. Malgré la bonne volonté affichée de réduire la dette de Reims, malgré  la mise en oeuvre effective de la partie du programme UMP pour Reims relative à la diminution de la Taxe Locales sur les Enseignes et Publicités Extérieures (TLPE), sur la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères (TOEM), malgré les bonnes intentions, les subventions se poursuivent au même rythme que sous le règne d'Adeline Hazan mais aussi ces garanties d'emprunt qui sont plus que dangereuses et qui ne seraient pas acceptées pour un particulier par un banquier. Jugez-en par vous-même:
Le compte administratif 2013 a été présenté hier en conseil municipal:
Le document synthétique mis à disposition des élus donne:

- en fonctionnement: 268 200 000 € de "recettes réelles";

- en investissement:     78 342 176 € de "recette réelles"  ( y compris 48 803 962 d'emprunts);

(soit 346 M€ en additionnant recettes de fonctionnement et recettes d'investissement).

- plus de 317 500 000 € d'en cours de dettes ( 1719,71€/ habitant, contre 1081 € de moyenne de la strate des villes de plus de 100 000 h (hors Paris).

Et on poursuit l'attribution de nombreuses subventions sans présentation des comptes des associations bénéficiaires, sans discriminer entre celles qui peuvent aussi organiser des activités générant des recettes, de celles, purement sociales qui ne le peuvent pas. Et on poursuit par ailleurs la dangereuse politique de garanties d'emprunt avec 7 032 109 € au profit de la SA HLM l'Effort Rémois et 547 000€ au profit de la SA HLM Le Foyer Rémois, comme si Reims n'avait un taux de logement social parmi les plus importants de France ( près de 43%), avec cette course à l'arrivée de non autochtones, pour ne pas dire de non citoyens.

Le groupe FN n'a pas voté contre: il est pour le soutien  des Français les plus touchés par  la crise et un vote contre n'aurait eu aucun effet sur le sens de la délibération. 
Il s'est abstenu en l'absence de renseignements plus complets, notamment sur le montant des garanties déjà accordées.
Celles-ci ont été communiquées en séance: près de 945 000 000 € dont près de 333 000 000 € pour une des structures bénéficiaires...Mais le maire c'est engagé à ne pas dépasser 1000 000 000 € ( le milliard d'euros, rien que cela...Soyons rassurés).

Quel banquier prêterait à une famille déjà endettée de plus de 30 ou 33% de ses revenus ( hors gros salaires où le pourcentage sera déplafonné au regard des marges  dégagé par la famille après avoir fait face à ses besoins vitaux...)? On est  ici à près de 92% d'endettement.

Quel banquier accepterait comme garant d'un emprunt un particulier qui serait garant pour quelqu'un déjà garant pour près de 2,7 fois ses ressources sur un an?

Quel banquier  aurait accepté qu'une famille soit à elle seule garante pour autant que ce qu'elle gagne?

Quel banquier d'ailleurs aurait accepté que la somme de ses garanties d'emprunt atteigne ce plafond?

AUCUN évidemment, mais les banques, auxquelles la loi du 3 janvier 1973, voulue par Valérie Giscard d'Estain et la grande finance internationale, a attribué le monopole de l'attribution de crédits pour l'État en lieu et place de la Banque de France, savent très bien qu'elles seront toujours payées: il suffira pour la personne publique d'augmenter les impôts. Il suffira éventuellement pour l'État d'intervenir en faisant supporter le poids de la dette par toute la nation...

OUI il y a bien une UMPS, même ai niveau des communes. Si l'on veut sortir de la crise, il faudra bien un réel changement. Il faudra une gestion par le Front National qui n'hésitera pas à déconstruire ce qui est à l'origine de la ruine de la France  et prépare sa disparition. Il faudra bien un jour une gestion Front National pour défendre les Français.

Jean-Claude Philipot
Porte-parole du groupe Front National

lundi 26 mai 2014



                       Communiqué de presse du Front National de Reims

Merci tout d'abord aux 8292 électeurs de Reims qui ont voté pour la liste Bleu Marine - Non à Bruxelles, oui à la France soutenue par le Rassemblement Bleu Marine (RBM)  et le Front National (FN). Avec 23 % des votes exprimés ( 6,16 % à la liste FN en 2009)  et, plus globalement au plan national, avec 24,95 %  ( 6,34 %  en 2009), le FN appuyé par le RBM se place  en tête des partis nationaux.

Certains disent que l'abstentionnisme a permis ces résultats. C'est ignorer justement que celui-ci traduit une profonde méfiance ou un désintérêt pour l'Europe telle qu'elle a été construite et telle qu'elle fonctionne . Pour ce « machin » technocratique qui travaille à gommer les États nationaux qui est responsable de l'effondrement économique de la France et de plusieurs autres pays du sud au regard de la mise en œuvre d'un dogme ultra libéral de libre échangisme, d'une politique monétaire qui pénalise ces États, d'une immigration de masse  incontrôlée qui modifie les identités nationales sans rendre possible l'assimilation nécessaire à la paix sociale avec un marché de l'emploi en total déséquilibre.

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans la démarche de salut public qu'il convient de mettre en  œuvre avant qu'il ne soit trop tard. D'autres échéances doivent encore être gagnées. Nous devons renforcer nos résultats face à l'UMPS responsable de la situation actuelle dont les éventuelles promesses de changement ne peuvent plus être crédibles après 40 ans de mise en œuvre des mêmes erreurs.

Rejoignez-nous. Nous avons besoin de vous. La France et l'Europe respectueuse des nations ont besoin de vous.


Roger Paris et  Jean-Claude Philipot ( https://twitter.com/JcPhilpot) responsables FN de Reims
Courriel : rbm.front.national@gmail.com
Roger Paris- RBM-FN, BP 2045, 51070 Reims cedex
http://reimsbleumarinefrontnational.blogspot.fr/


vendredi 18 avril 2014


Conseil Municipal du jeudi 17 avril 2014 à 18h30





Monsieur le Maire,


Mesdames et Messieurs les Adjoints,


Mesdames et Messieurs




Ma déclaration sera concise.


Tout d’abord, toutes nos félicitations à Arnaud Robinet, nouveau maire de 

Reims, et à tous ses adjoints.


Nos remerciements à toutes les têtes de listes de gauche et de droite et à leurs 


équipes pour leurs comportements respectueux et dignes à notre égard, cela n’a 


pas été le cas dans d’autres régions.



Nous nous sommes battus sur des idées, des projets, des programmes essentiels, 

c’est la véritable démocratie !


Un de nos objectifs était de rentrer au conseil municipal.


Après 19 ans d’absence, le F.N. rentre dans la vie municipale avec 3 élus. Nous 

sommes désormais dans le paysage politique rémois.


Nous défendrons nos valeurs, nos principes, nos sensibilités, dans l’intérêt de 

tous les Rémois.



Nos priorités restent simples :

  • Défendre les lois républicaines et laïques.

  • Valoriser l’emploi et le développement économique.
     
  • Diminuer l’insécurité.

  • Favoriser la démocratie et les liberBaisser la dette publique (actuellement de 1720 € / 

    habitant, sans l’agglo), et baisser les dépenses publiques inutiles pour moins d’impôts 

    pour les ménages et les entreprises.


Notre stratégie :

  • Continuer à écouter les Rémois et à les rencontrer.

  • Ne jamais faire d’opposition systématique.
  • Être dans une opposition responsable, crédible, constructive.
  • Être force de propositions.
  • Rester dans un dialogue efficace et pragmatique.
  • Faire remonter les problèmes et trouver des solutions équitables.



Merci de votre attention.



R. PARIS et son groupe Reims Bleu Marine - F.N.

vendredi 11 avril 2014

Ils ont détruit la vie d’une toute jeune fille et c’est la France qu’ils violaient.



"Ils ont détruit la vie d’une toute jeune fille et c’est la France qu’ils violaient.
Dans la nuit du 29 au 30 mars dernier, Evry, fief de Manuel Valls, a été le théâtre de la barbarie anti-française dans toute son horreur.
Alors qu’elle sort du RER, quatre garçons interpellent une jeune fille de 18 ans et la conduisent dans un parc pour la frapper, la violer, lui cracher et lui uriner dessus… Elle est retrouvée le lendemain matin, immédiatement conduite à l’hôpital, puis entendue par la police. Ses descriptions et les caméras de surveillance permettront de retrouver ses bourreaux.
Ils sont mineurs, 13, 15 et 17 ans, étrangers, trois Turcs et un Marocain, et trois d’entre eux sont récidivistes.
Valeurs actuelles, qui est le seul journal à préciser l’origine de ces monstres, rapportent leurs aveux : Ils n’auraient pas touché cette fille si elle avait été turque, ils l’ont agressée parce qu’elle était française, et que « les Français sont tous des fils de pute ».
Ils sont mis en examen pour viol en réunion, barbarie et racisme.
Pas un mot. Aucune déclaration indignée de ministre, aucune condamnation des féministes de tout poil, aucune soirée contre la haine, pas de une de journal, personne au chevet de cette jeune fille… Rien.
Pourtant cette jeune fille est un symbole, son martyr est celui qu’ils destinent à la France.
Le viol est une technique de soumission en temps de guerre, c’est exactement celle qu’ils utilisent. Ils haïssent la France, ils lui crachent dessus, ils en violent les lois, les mœurs, la culture, l’identité… et les filles.
La France ne répond pas, et ils le savent. Ils sont les premiers à profiter de décennies entières de conditionnement idéologique pour mater tout esprit de révolte chez les Français de souche. Des Français tellement culpabilisés par leurs « élites »qu’ils se taisent de peur de « stigmatiser », de « préjuger » ou d’être accusés de« racisme ». Quand les Français affirment à 75 % qu’il y a trop d’immigrés en France, c’est aussi parce qu’ils connaissent trop bien cette réalité, et parce qu’ils souffrent…
Les faits sont là, récurrents. Anne-Lorraine assassinée dans un RER, Jérémie égorgé à Marseille, Antoine poignardé à Paris, des agressions et viols quotidiens…
Le ministère de l’Intérieur tient une page des personnes recherchées en France… elle est sans appel, la population carcérale reflète l’évidence… L’amalgame ou la généralisation, c’est la seule réalité qui s’en trouve responsable.
Face à cette barbarie : Christiane Taubira, garde des Sceaux. Elle a accepté de rester à son poste à une condition : faire passer sa réforme pénale. Cette réforme qui prévoit de continuer à donner ce sentiment de toute-puissance et d’impunité à des monstres récidivistes, et qui allègera encore les peines envers les mineurs…
Ils sont mineurs, c’est vrai, mais c’est une guerre qu’ils déclarent. Le gouvernement doit répondre. La France doit répondre. Nul n’est forcé d’abriter sous son toit des fils dangereux et qui le haïssent".

REIMS (51). 31e condamnation pour l’agresseur du bus

Par L'union-L'Ardennais le 9 avril 2014 

"Récemment sorti de prison après avoir purgé quatre mois ferme pour une grosse colère dans les locaux de l’Udaf, le 16 décembre dernier (directeur bousculé, employés menacés de mort), Abdelkader Abdelkrim, dit Kako, 44 ans, refait déjà parler de lui." (suite...)
___________________

Voilà qui est emblématique de ce laxisme qui sévit en France sous Hollande au regard des orientations PS, après avoir sévi sous Chirac et Sarkozy au regard de la fausse alternative, à la fausse opposition qu'ils représentaient par rapport à Mitterrand.

Voilà aussi qui est emblématique d'une situation invraisemblable où des individus culturellement, habituées  à la "débrouille", et qui ont un véritable culte de la force mis hors d'état de nuire par des régimes forts dans leurs pays d'origine, libèrent leurs pulsions dans une société française qui laisse tout faire.

Entre la rigueur extrême et inhumaine d'un fondamentalisme wahhabite ou même d'un régime FLN faussement  démocratique laïque et le laxisme total de notre pays en matière de justice, il y a une solution médiane à choisir pour la tranquillité de la population, mais aussi pour le bien même de ceux qui sont prêts de passer de puissance à acte, de leurs pulsions vers la violence, les crimes et délits faute de risquer une sanction suffisamment dissuasive.

Jean-Claude Philipot

mercredi 2 avril 2014

 "ART CONTEMPORAIN" : UN PARADIGME OBLIGATOIRE COMPARABLE A LA PENSÉE UNIQUE


Alors que le PS, mais aussi le très prochain maire UMP-UDI de REIMS M. Arnaud Robinet ( cf récente réponse aux Amis du FRAC) se sont répandus en déclarations élogieuses sur le mouvement dit de l"art contemporain" qui réduit l'art aujourd'hui au mouvement dit des plasticiens et occulte l'art figuratif, de facto rejeté dans le non-contemporain,on lira avec intérêt cet article de Christine Sourgins dont nous donnons un extrait, mais que l'on pourra lire entièrement sur son excellent blog sous le titre ci-après.

Jean-Claude Philipot
Conseiller municipal RBM-FN de Reims


Claude Lévêque va installer un volcan au Louvre : est-ce un poisson d'avril ? réponse.
Une nouvelle publication de :
Nathalie Heinich, «  Le paradigme de l’art contemporain - structure d’une révolution artistique », NRF Gallimard, 2014.
 
"Pour Nathalie Heinich, sociologue et directrice de recherche  au CNRS, l’art dit « contemporain »  est une catégorie générique et non pas chronologique ; elle en souligne les conséquences pour l’Etat qui soutient alors, non pas le meilleur de la création actuelle (l’art contemporain en général) mais le meilleur d’un genre (l’art d’une partie de nos contemporains, pour résumer : un art volontiers conceptualo-duchampien)[1].  Les pouvoirs publics ont donc fait un choix discriminant  qui  s’oppose  à leur vocation pluraliste. Voilà une vérité dont l’énonciation prouve un réel courage. L’auteur n’élude pas les faits dérangeants pour le milieu de l’AC, parfois agacé qu’une sociologue explicite ses règles de fonctionnement. Le livre dresse un constat détaillé, sans passion aucune : le livre s’ouvre sur la relation scrupuleuse du jury du Prix Marcel Duchamp, ce texte, petit chef d’œuvre de clarté, est la démonstration du désir d’objectivité qui anime son auteur.

L’AC connait « un glissement vers un marché de notoriété où c’est le renom de l’artiste qui sert de critère de jugement » dès lors, si les critères de jugement ne résident plus dans l’objet présenté mais dans la personne de l’artiste, dont on évalue  la cohérence interne de la démarche, Nathalie Heinich ne cache pas les risques de dérapages dont le copinage, qui peut affecter les commissions publiques. Elle évoque les conflits d’intérêt qui menacent, révèle que les grands centres d’art ont une comptabilité éclatée, ce qui permet de noyer bien des dépenses de coproduction.  Elle note aussi l’obésité des FRAC et n’ignore pas, en raison du principe d’inaliénabilité,  que les erreurs des institutions « sont gravées pour l’éternité dans le marbre des atteintes à l’intérêt général », belle image.

lundi 31 mars 2014

Municipales: le début de la vague qu'ils ne pourront arrêter


Tout d'abord merci aux 6050 électeurs qui ont voté pour la liste Reims Bleu Marine et permettent ainsi au Front National de rentrer au conseil municipal avec trois conseillers et au conseil communautaire de Reims Métropole avec 2, de veiller aux mesures qui seront préparées et mises en œuvre par la nouvelle majorité et de médiatiser plus facilement toute dérive.

Leur choix, pourtant guidé par le système médiatique dans le sens d'un vote dit « utile », soit pour le PS, soit pour l'UMP-UDI, ainsi que le nombre important des abstentionnistes, montrent bien que de plus en plus de Rémois ne font plus confiance à ceux qui depuis 40 ans gouvernent la France. Les résultats nationaux confirment que cette analyse vaut pour tout le pays.

La baisse des 2094 voix entre le premier et le second tour du RBM-FN s'explique essentiellement par le mécanisme du vote dit « utile » et la volonté d'une partie de l'électorat FN de faire barrage à la maire sortante PS Adeline Hazan arrivée à moins de 682 voix d'Arnaud Robinet le 23 mars. Au regard de la faible variation du nombre de suffrages exprimés entre le 23 et le 30 mars ( +3898 voix) normalement comparable à la ventilation initiale, du gain de l'UMP-UDI ( +5138 voix), du gain du PS (+3936 voix) et d'une répartition , le report de voix RBM-FN ne fait aucun doute. 

Le Front National appelle maintenant tous les électeurs qui lui ont fait confiance, mais aussi tous ceux qui bientôt vont comprendre qu'ils ont encore été trompés, à le rejoindre, à venir militer pour permettre à notre parti de gagner les différentes élections qui s'annoncent.


Jean-Claude Philipot
Directeur de campagne de Reims Bleu Marine pour les municipales 2014,
Conseiller municipal RBM-FN
Post Scriptum:
-Adresse RBM-FN Reims : Roger Paris, Reims Bleu Marine, BP, 2045, 51070 Reims cedex
-Pour prendre directement contact avec moi: jean.claude.philipot@gmail.com
tel. 06 34 98 49 28

jeudi 27 mars 2014

Municipales : Débat de l'entre deux tours à Reims et Charleville-Mézières "France 3 Champagne-Ardenne, L'Union et France Bleu Champagne-Ardenne vous proposent un grand débat de l'entre deux tour à propos des élections municipales à Reims et Charleville-Mézières. Ce débat est diffusé à 23h05 à la TV, (...)".

Débat de l'entre deux tours à Reims et... par France3-Champagne-Ardenne
DEBAT SUR FRANCE BLEU CHAMPAGNE ARDENNE REPRISE DE L'ARTICLE DU SITE FRANCE BLEU " Municipales 2014 : réécoutez le débat des candidats au second tour à Reims Mercredi 26 mars 2014 à 06h00 Arnaud Robinet (tête de liste UMP/UDI/Modem), Adeline Hazan (maire socialiste sortante, tête de liste PS/PC/EELV/PRG) et Jean Claude Philipot, le directeur de campagne du candidat FN Roger Paris, ont accepté de débattre ce matin en direct sur France Bleu Champagne-Ardenne. Débat de l'entre-deux tours des municipales à Reims © Radio France La droite et la gauche sont au coude à coude à Reims. 682 voix séparent Arnaud Robinet et Adeline Hazan. Le candidat de droite est en tête, mais il n'a pas de réserve de voix. Contrairement à la maire sortante qui peut compter sur un petit matelas des voix du Front de gauche et de Lutte ouvrière. Quoique... Les deux partis ne donnent aucune consigne de vote. Et les deux têtes listes disent même qu'à titre personnel, elles voteront blanc. Autre problématique, le Front National. Roger Paris a atteint 16% pour au premier tour dimanche. Un score jamais atteint sur des municipales à Reims. Le FN prend des voix à la fois à la droite mais aussi à la gauche. On le contaste sur les bureaux de vote des quartiers populaire. Alors le score du Front National va-t-il s'amplifier ou s'éroder ? Il est incontestablement l'arbitre de ce second tour. Pendant ce temps, les partis essaient de mobiliser les abstentionnistes. Un rémois sur deux ne s'est pas déplacé. Alors tout à l'heure nous confronterons les idées sur des thèmes pas encore abordés : l'attractivité du centre-ville, la place de la voiture, le tourisme, le social mais aussi la mise en place des rythmes scolaires. Autour de la table, Arnaud Robinet, le candidat de droite, Adeline Hazan, la maire socialiste sortante, et Jean Claude Philipot, le directeur de campagne du candidat FN Roger Paris.
DEBAT TELEVISE DU 20 mars Le site fn-municipales.fr/reims/ ayant pris le relais dès qu'il a été disponible, les articles ont été placés sur celui-ci. Cependant, le site fn-municipales.fr/reims/ n'ayant pour durée de vie que celle de la campagne, les enregistrements audiovisuels sont maintenant mis en ligne sur le blog.
Débat municipales à Reims - #MUN51100 (20/03/2014) par France3-Champagne-Ardenne

vendredi 28 février 2014

Synthèse des principales mesures du programme Reims Bleu Marine
I) SÉCURITÉ 1.1) Une police municipale (PM) mieux équipée 1.1.1) Dotation en armes de poing, et pistolets à impulsion électrique. 1.12) Développement de la vidéo protection ( caméras fixes, vidéo surveillance 7 jours sur 7 et 24 h sur 24, véhicules de la PM reliés aux caméras de vidéo protection et PM équipée de caméras portatives individuelles). 1.2) Une PM doublée en 3 ans et mieux structurée (renforcement de la brigade de nuit  ainsi que de la  brigade canine , et création d’une brigade verte ) 1.3) Une PM plus présente 1.3.1) Dans les quartiers difficiles . 1.3.2) Sur les lignes de transport en commun. 1.3.3)Opérations « tranquillité vacances » sur le modèle de la police nationale (PN). 1.3.4) Surveillance de l’interdiction de vente de boissons alcoolisées aux mineurs, et conduite au commissariat de la police nationale de ceux qui auraient enfreint la loi en les faisant récupérer par leurs parents après paiement d’une amende forfaitaire. 1.3.5) Amende pour les débits de boisson et magasins qui vendent de l’alcool aux mineurs. 1.3.6) Amende systématique aux auteurs de nuisances de voisinage et de dégradations des entrées d’immeubles. 1.3.7) Permanence et patrouilles de la PN 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. 1.3.8) Application de la loi aux personnes en état d’ébriété qui occupent les trottoirs. 1.3.9) Rondes et interventions de la PM dans les zones de non-droit ou de quasi-non-droit. 1.3.11) Remontée d’informations sur les trafics, les incivilités et les nuisances ( même de façon anonyme par n° vert de police municipale, courriel, courrier classique).  II ) SOCIAL 2.1) Des familles plus aidées 2.1.1) Soutien aux modes de garde privé ou associatif. 2.1.2) Augmentation du nombre de crèches et adaptation plus grande de leurs horaires aux conditions effectives du travail des conjoints. 2.1.3) Adaptation du tarif des cantines à la situation financière, mais aussi familiale (nombre d’enfants).   2.2) Des handicapés plus aidés 2.2.1) Politique en matière de handicap. 2.2.2) Aides aux personnes à mobilité réduite ( déplacements et vie de tous les jours). 2.2.3) Évacuation, à des prix établis en fonction des revenus, des déchets verts de toutes personnes à mobilité réduite par ramassage à domicile. 2.3) Des personnes âgées plus aidées 2.3.1) Structure spécialisée pour proposer des activités ou des sorties aux personnes âgées ou à mobilité réduite avec la mise en place de ramassages organisés. 2.3.2) Journal destiné aux personnes âgées et à mobilité réduite. 2.3.3) Facilitation de la poursuite de la vie à domicile. Un audit des dispositifs à mettre en place sera fait avant toute décision. 2.3.4) Gratuité des transports collectifs pour étudiants, scolaires et, plus globalement, tout Rémois dont le foyer est en dessous du seuil de pauvreté. III) ÉCOLE 3.1) Une école plus sécurisée Sécurité aux abords des établissements : Sécurisation de la sortie des écoles, dos d’ânes au niveau des entrées et sorties d’écoles. 3.2) Une éducation plus complète 3.2.1) Éveil à la citoyenneté dans les écoles primaires: appartenance à une nation, droits et devoirs des citoyens ( notamment respect des équipements publics ). 3.2.2) Domaine du périscolaire: Périscolaire ( à charge de la commune): proposer des activités qui jouent un véritable rôle d’éducation. Cella commence par un travail d’appropriation de l’identité nationale, mais aussi régionale dans laquelle vivent les enfants. Pas d’initiation aux langues étrangères dès le primaire, mais apprentissage renforcé du français. Découverte de l’art et de la notion du beau à travers l’histoire de l’art. Développement de la connaissance de la littérature classique ( activités de théâtre et poésie et ateliers lecture). Développement des sports qui ne montrent pas exclusivement le côté " show-biz", mais plutôt maîtrise de soi comme les arts martiaux. Ateliers d’éveil scientifique (astronomie, botanique…). Valorisation du travail manuel (intervention ponctuelle d’artisans locaux mettant en avant les spécificités régionales, les métiers et les techniques délaissés ou oubliés). 3.2.3) Plan de facilitation de l’apprentissage de la natation.  3.2.4) Accords pour que les classes puissent assister à des répétitions générales de spectacles ou de concerts. 3.3) Des conditions matérielles plus réalistes et régionalisées 3.3.1) Cantines - Distribution de menus non estampillés halal. - Diminution à son maximum du gaspillage tout en favorisant un véritable équilibre alimentaire. - Diminution du nombre de décibels dans les réfectoires. - Adaptation du tarif des cantines à la situation financière, mais aussi familiale (nombre d’enfants).  - incitation des prestataires de service des cantines à utiliser des produits issus au moins à 80 % en valeur du commerce de la région ( demande par la suite inscrite dans les marchés publics) ou de l’agriculture biologique. 3.3.2) Audit des bâtiments scolaires et mise en place d’un plan pluriannuel de rénovation des écoles primaires et maternelles. IV) FISCALITÉ Une fiscalité maîtrisée malgré la charge de la dette à rembourser La pression fiscale doit baisser. Cette baisse ne peut cependant se faire qu’en tenant compte de la diminution de la Dotation Globale de Fonctionnement (ou DGF versée au profit des collectivités locales) votée en octobre 2014 dans le cadre de la loi de finances 2014. La DGF sera de 40,124 milliards d’euros, soit 1,381 milliards de moins qu’en 2013, ou une baisse de 3,33%). Appliquée à Reims, l’incidence est estimée à 1 866 698 € ( 56 057 000 x 0,033) selon les éléments connus de 2012. La volonté de désendettement, le poids des engagements pris par l’actuelle majorité et la baisse de la DGF expliquent la prudence du programme en matière de baisse fiscale avec -5 %/an sur trois ans pour la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (donc baisse globale de 15%) et -10 %/an et sur trois ans pour la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure (donc baisse globale de 30%). V) POLITIQUE CULTURELLE 51) Une ville de Reims plus valorisée 5.1.1) Organisation de fêtes johanniques plus importantes et véritablement médiévales : - Rallongement des festivités à une semaine. - Promotion de l’artisanat et le commerce de l’époque. - Engagement de groupes folkloriques et médiévaux. -Organisation de spectacles sur la vie de l’époque ( soins des malades, tournois...). 5.1.2) Reconstitution de l’histoire de Reims par la mise en place de pièces de théâtre publiques. 5.1.3) Étude de faisabilité d’avoir un orchestre de Reims et non un orchestre à cachet. 52) Une éducation artistique partagée 5.2.1)Animations dans les parcs et monuments par des peintres et musiciens bénévoles animateurs et professionnels, qui feront part de leur art au public (présence de la police municipale nécessaire). 5.2.2) Organisation des spectacles offerts au public dans le cadre d’un strict encadrement budgétaire afin d’éviter les gabegies passées qui sont souvent profité à un tout petit nombre d’artistes. 5.2.3) Formation de professionnels du tourisme. 5.2.4) Utilisation de la compétence des artistes locaux qui apporteront leurs connaissances aux professionnels du tourisme. 5.2.5) Utilisation des nouvelles technologies afin de valoriser notre patrimoine actuel et passé. 53) Une création artistique aidée 5.3.1) Création d’un FReAF ( Fonds Rémois d’Art Figuratif) en attendant que puisse être créé un FRAF (Fonds Régional d’Art Figuratif). 5.3.2) Création d’ateliers d’initiation pour toutes les générations à la pratique artistique ( dessin, peinture, musique). Activité dans des locaux municipaux, aides, mais à terme, autofinancement. 5.3.3) Mise à la disposition des artistes et artisans d’art de Reims et Reims métropole de salles d’ expositions. 5.3.4) Création d’ateliers itinérants d’artistes et d’artisans destinés à sensibiliser le public sur l’amour d’un vrai métier, la transmission de savoirs, la culture du beau. Ces ateliers pourront notamment avoir lieu dans le cadre des activités périscolaires de la semaine de quatre jours et demi. VI) AMÉNAGEMENT URBAIN 6.1) Des modes de transports complémentaires 6.1.1) Du tout vélo à une politique des déplacements équilibrée, réaliste et structurante. 6.1.2) Stationnement. Le stationnement dans les rues sera décliné en 4 zones possibles : - Stationnement non réglementé sur les deux côtés de la rue pour les voies très majoritairement résidentielles où l’activité de commerce ou de service est l’exception et où l’organisation de la voirie le permet. - Stationnement alterné pour les voies très majoritairement résidentielles où l’activité de commerce ou de service est l’exception et où la voirie ne permet pas de stationner simultanément des deux côtés. - Stationnement en zone bleue (ZB) pour les voies présentant une densité importante de commerce ou à proximité immédiate de celles-ci. Les parcmètres étant supprimés, l’essentiel des rues qui en sont actuellement dotées seront transformés en zones bleues. Dans ces zones, les quatre-vingt-dix premières minutes seront gratuites. Des contrôles stricts seront effectués par les Agents de Surveillance de la Voie Publique (ASVT) afin de sanctionner par procès-verbaux ceux qui ne respecteraient pas les conditions de stationnement mises en place ( la zone bleue n’est pas synonyme d’absence de régulation). Ce passage de la régulation par parcmètre à celle par zone bleue se fera cependant après consultation municipale des habitants des quartiers et des commerçants. Au cas où le résultat de la consultation se traduirait par la décision de conserver les parcmètres, le mécanisme d’une gratuité des 90 premières minutes et de l’abonnement pour résident serait introduit dans le dispositif conservé. Par ailleurs, les résidents des actuelles zones de stationnement et ceux qui y viennent pour travailler auront un badge annuel d’un coût de 90 € leur permettant de stationner. - Stationnement interdit sur de très rares rues. À l’échéance de la mandature, 500 nouvelles places de parking sur voie publique seront restaurées. 6.2) Des choix d’aménagement responsables 6.2.1) Boulingrin - Un point sera fait sur les responsabilités encourues dans le cadre d’une restauration qui montre bien des d’efficiences. Par ailleurs, une étude de faisabilité technique et économique sera faite afin d’examiner l’opportunité ou non de conserver cet immeuble en marché. - Le parking sera maintenu et doté d’un système de régulation du stationnement du type zone bleue, mais aussi d’un badge de stationnement longue durée par abonnement de 100 € destiné à permettre à ceux qui ne sont pas résidents de stationner avant de prendre le train. Une partie des places du parking sera réservée aux détenteurs de ce badge après étude de fréquentation et de besoins. - La construction d’un nouveau musée, coûteuse en matière d’investissement sera annulée. 6.2.2) Site du SERNAM Création d’un parc communal réintroduisant l’espace vert dans une ville très bétonnée et construction du nouveau Nautilud. Le parc sera doté d’un parcours d’agrès de sport. 6.2.3) BA112 La réhabilitation de la BA112 et l’utilisation des opportunités offertes par ce site constituent un des gros échecs de l’actuelle majorité socialiste. Le projet de transformer ce site en grand lieu de conservation patrimoniale semble pharaonique et d’un apport en retour sur investissement douteux. La réhabilitation devra se faire en concertation avec les communes concernées par l’emprise elle-même, mais aussi celles dont la vie, la tranquillité peuvent être impactées par la réhabilitation choisie. Les associations représentatives, soit celles qui ont un nombre d’adhérents significatifs ( au moins 50 personnes) seront associées aux études relatives aux projets. Elles le seront par ailleurs dans la mise en œuvre de tout projet qui aura été décidé. Parmi ces associations, une place particulière sera accordée à Vacarmes-Reims au regard de la qualité et de l’ancienneté de sa réflexion. Toute association dans le périmètre du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de la région rémoise pourra dès lors être concernée dès lors qu’elle sera porteuse d’un projet ayant une incidence territoriale sur une partie du SCOT ou que le projet décidé aura des conséquences environnementale, économique et humaine sur celui-ci. D’un premier abord, et sous réserve de consultations et d’études dans l’esprit précité, la BA 112 pourrait avoir vocation à servir de terres agricoles aux communes sur lesquelles elle est située. Cela pourrait notamment passer la création d’un complexe de recherche et d’enseignement directement lié au pôle de compétitivité IAR. VII) DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE 7.1) Un développement économique et de l’ emploi notamment dans le cadre d’ une synergie entre universités, écoles supérieures et professionnelles, et tissu agricole et industriel 7.1.1) Développement de synergies entre les établissements d’enseignement et de recherche locaux, régionaux et périrégionaux et les entreprises existantes ou désirant s’implanter sur le bassin d’emploi. 7.1.2) Recherche de synergies entre les entreprises elles-mêmes. La ville organisera à cet effet des lieux d’échanges entre les partenaires locaux ( congrès annuel, et séminaires quadrimestriels) avec les différents acteurs économiques. 7.1.3) Recherche de nouvelles entreprises La ville a également un rôle à jouer en matière de recherche de nouvelles entreprises. L’action d’InvestinReims (http://www.investinreims.com/) sera évidemment renforcée dans sa recherche d’entreprises exogènes désirant s’implanter dans l’agglomération rémoise. 7.1.4) Intelligence économique La ville s’investira par ailleurs dans une approche de veille et d’intelligence économique (IE) qui constituera une aide pour les entreprises de l’agglomération rémoise (veille sur les appels d’offres, sur les techniques et évolutions du marché, sur les projets d’extensions industrielles et de recherche de partenariat...). Elle pourra par ailleurs participer à renforcer la sécurité industrielle des entreprises qui par leurs techniques ou au regard de leur domaine sont susceptibles de constituer une cible. 7.1.5) Facilitations en matière d’implantation de nouvelles entreprises La ville facilitera l’implantation de nouvelles entreprises par accompagnement des projets en liaison étroite avec l’État, la région, le département et les autres villes du G 10 ( à ce niveau un partage des implantations doit pouvoir se faire en fonction des spécificités locales). Il s’agit cependant de n’accorder une aide qu’avec un minimum de discernement en se gardant bien par exemple pour des effets d’annonce d’aider des entreprises de logistique dont l’activité consisterait à faire venir de très loin ce qu’on cultive ou fabrique en France et a fortiori à Reims ou dans le G10 . 7.2) Une promotion de Reims et de la production locale et régionale 7.2.1) Promotion des spécialités rémoises. 7.2.2) Reims et Reims Métropole ambassadrices. 7.2.3)Renforcement du commerce de centre-ville tout en avantageant des producteurs régionaux. La ville de Reims s’attachera à faire valoir son droit de préemption pour racheter des locaux commerciaux de centre-ville à la suite de décisions de fermetures ou de cession de fonds. Elle pourra ainsi faciliter l’accès à des commerçants s’inscrivant dans la tradition champenoise et répondant aux vrais besoins des habitants. 7.2.4)Création soit d’un marché de gros privilégiant la production régionale, soit d’une coopérative de producteurs régionaux. 7.2.5)Création d’une centrale d’achats pour produits manufacturés à vocation territoriale des 140 communes du SCOT permettant aux commerçants indépendants d’acheter à des prix étudiés et d’être moins défavorisés par rapport aux grandes surfaces. 7.2.6)Extension des ventes ambulantes sur voie publique. Le principe de la vente ambulante dans des places publiques sera généralisé. D’autres places seront choisies pour servir deux fois par semaine de lieu de vente. La location de la place sera affectée d’une pondération : -Privilégiant les camelots ayant leur résidence principale sur le territoire de Reims Métropole ( zone R1) et sur le G10 (zone R2). Le montant de la réduction de R1 sera de 80 % ; celui de R2 sera de 40 %. -Privilégiant les camelots dont les produits vendus sont cultivés, fabriqués ou transformés sur le territoire de Reims Métropole (zone P1) ou sur celui du G10 (zone P2). Le montant de la réduction de P1 sera de 80 % ; celui de P2 de 40 % . Par contre, les camelots n’ayant ni leur habitation principale en zones R1 ou R2 et ne vendant pas les produits cultivés ou fabriqués en zones P1 ou P2 paieront donc leur emplacement au mètre carré au prix fort .
LISTE REIMS BLEU MARINE LA PREMIERE LISTE REMOISE A AVOIR ETE DEPOSEE EN SOUS-PREFECTURE (19 février matin) Voilà qui va attrister ceux qui se sont acharné par des coups bas itératifs, par de fausses allusions répétées à empêcher celui qui a été désigné par Marine Le Pen pour conduire la liste rémoise à boucler la liste. La vraie opposition nationale à la même politique menée depuis les années 70 par l'UMP/RPR ou le PS, c'est le Front National et le rassemblement Bleu Marine. La vraie opposition, pour que cela change aussi au plan local et pour préparer la reconquête de la France, c'est aussi le Front National et le Rassemblement Bleu Marine regroupés sous les couleurs de Reims Bleu Marine. Les 23 et 30 mars, les Rémois voteront pour notre liste, pour que cela change, pas pour une gauche sans social qui accentue l'immigration de masse pour se faire des électeurs, pas une droite sans volonté d'indépendance nationale et priorité à la France et aux Français, pas une UMPS mondialiste. Liste Rassemblement Bleu Marine: 1 Roger Paris, 67 ans, chef d'entreprise 2 Leila Amory, 22 ans, étudiante 3 Jean-Claude Philipot, 62 ans, commissaire colonel en retraite 4 Michelle Larrere, 51 ans, animatrice de loisir 5 Michel Philippo, 23 ans, étudiant 6 Virginie Poisseroux, 34 ans, institutrice 7 Fabrice Mathieu, 46 ans, directeur commercial France, Afrique 8 Béatrice Bleuze, 52 ans, gouvernante 9 Gilles Valentin, 57 ans, commercial 10 Yasmine Chappat, 32 ans, employée 11 David Lemoine, 46 ans, chef d'entreprise agent immobilier 12 Fabienne Hernot, 53 ans, aide à domicile 13 Marc Feraud, 39 ans, informaticien 14 Ashley Lenfant, 22 ans, serveuse 15 Henry Mazier, 44 ans, préparateur de commandes 16 Natacha Orniacki, 38 ans, mère au foyer 17 Florian Benadassi, 22 ans, étudiant 18 Nathalie Etienne, 43 ans, auxiliaire de vie 19 Marc Soares, 49 ans, technicien en imprimerie 20 Liliane Le Barbenchon, 46 ans, agent de service 21 Pierre-Corentin Laurent, 21 ans, étudiant 22 Renée Godbillot, 81 ans, retraitée 23 Michel D'Hoker, 54 ans, chef d'entreprise 24 Adrienne Rives, 70 ans, retraitée 25 Jean Sombret, 69 ans, artisant retraité 26 Madeleine Courtois, 49 ans, téléprospectrice 27 Frank Colombo, 47 ans, agent de sécurité, maître chien 28 Séverina Chazerie, 67 ans, retraitée 29 Victor Frey, 38 ans, opticien 30 Sandra Adeline, 42 ans, agent de propreté 31 Daniel Tordeux, 59 ans, chauffeur routier 32 Danielle Arnou, 74 ans, retraitée 33 Adberrezzak Chetoui, 49 ans, instructeur football 34 Chantal Rouvray, 63 ans, retraitée 35 Stevie Sevault, 24 ans, agent de sécurité 36 Julie Luisin, 22 ans, assistante de gestion 37 Jérôme Rigaut, 35 ans, viticulteur 38 Caroline Varoquet, 22 ans, conditionneuse 39 Jean Pierre Bleuze, 59 ans, électricien 40 Marthe Beaubouchez, 62 ans, commerçante retraitéé 41 Jonathan Brasier, 30 ans, technicien de maintenance 42 Christelle Jacquemin, 42 ans, machiniste 43 Franck Da Silva, 21 ans, déconstructeur automobile 44 Marianne Lequeux, 53 ans, agent de fabrication 45 Jean-Patrick Moranda, 31 ans, chauffeur routier 46 Edith Pinte, 72 ans, retraitée profession libérale 47 Mickael Lamirand, 41 ans, sans profession 48 Myriam Bergeronneau, 19 ans, sans profession 49 Georges Crevel, 61 ans, gendarme retraité 50 Amélie Carlier, 65 ans, assistante de direction 51 Serge Badet, 47 ans, chef d'entreprise 52 Gabrielle Vidal, 56 ans, mère au foyer 53 Pierre Prévost, 43 ans, formateur en bâtiment 54 Eugénie Heyberger, 83 ans, retraitée 55 Paul Gobance, 22 ans, étudiant 56 Christiane Fenaux, 61 ans, secrétaire 57 René Blin, 54 ans, caviste-cariste 58 Louise Bestel, 57 ans, mère au foyer 59 Jean Pierre Catte, 80 ans, ingénieur honaire SNCF.

mercredi 26 février 2014


Venue de Marine Le Pen au Centre des congrès de Reims le 17 février 2014 Discours de Pascal Erre, membre du bureau politique du Front National, secrétaire départemental de la Marne 


dimanche 23 février 2014

MARINE LE PEN AU CENTRE DES CONGRES DE REIMS LE 17 FEVRIER.

Pour ceux qui n'ont pas pu y être, comme pour ceux qui y étaient,
discours introductif de Roger Paris puis discours de Marine Le Pen

dimanche 9 février 2014

L'Union le 7 février 2014: "REIMS (51). Autour de 5 400 € par mois pour piloter les commémorations du centenaire de 1914-1918... La somme fait tiquer l’État qui demande l’annulation du CDI"

Voilà où passe l'argent du contribuable: à rémunérer grassement les petits copains PS.

Remarquons d'abord que Catherine Martin, membre recasée du cabinet de Martine Aubry au service de communication de Mme Hazan en 2011, puis comme directeur de projet  pour la commémoration de la guerre 1914-1918 le 1er mars 2012 est passée en CDI le 4 juin 2013. C'est assez classique des fins de mandature: on pérennise les postes avant de partir ou au risque de non élection.

Remarquons surtout l'indice majoré 1445 auquel MMe Hazan a engagé   Catherine Martin en CDI. Si on recherche une correspondance dans la grille de classement hiérarchique des grades et emplois des personnels de l'Etat du 10 juillet 1948 modifié,  cela  correspond à la hors échelle D de directeur d'administration centrale, de préfet, de général de division, d'inspecteur général des finances ou, pour donner dans le culturel et l'htherinistorique de directeur général de l’Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles...
 
Il est vrai que les postes précités donnent droit à des primes venant abonder le traitement indiciaire afférant (ce qui est normal au regard des diplômes détenus et des responsabilités occupées). Il est vrai aussi  la hors échelle peut être  aussi atteinte en hors échelle par par un poste fonctionnel d'administrateur territorial.

Alors, on peut bien légitimement demander les titres universitaires, expériences professionnelles et charge de travail qui pouvait être ceux du directeur de projet à la commémoration de la guerre 1914-1918 de la ville de Reims pour légitimer un tel classement indiciaire qui lui donnait une rémunération nette de 5400 € par mois. On peut aussi demander si cette rémunération indiciaire était complétée par des primes mensuelles ou ponctuelles( fin d'année?.

Qu'on ne nous dise pas d'ailleurs que Madame Hazan n'était pas au courant des conditions de rémunération de Catherine Martin. Au regard de son parcours antérieur ( ancienne du cabinet de Martine Aubry dont elle est très proche) de son parcours dans l'administration de Reims (communication puis cabinet), de la rémunération attribuée, elle ne pouvait pas ne pas être au courant.

Jean-Claude Philipot
Directeur de campagne de la liste Reims Bleu Marine de Roger Paris pour les municipales 2014

mardi 4 février 2014







Communiqué de presse de Roger Paris (4 février 2014)
Tête de liste Reims Bleu Marine

Un sondage fait pour le compte d'Europe1, publié le 4 février matin avant le débat du jour où je dois intervenir dans le cadre du Train des municipales de cette radio, donne pour le premier tour la liste UMP-Centre à 43 % des suffrages devançant la liste de gauche rassemblée autour d'Adeline Hazan ( 37%) et la liste Reims Bleu Marine supportée par le Front National que je conduis (13 %).
Il indique qu'au deuxième tour la liste Robinet-Vautrin passe avec 46 % face à celle d'Hazan ( 42%) et à la mienne ( 12%).
Ces résultats ne traduisent pas l'exacte réalité des intentions de vote : même certains adhérents me disent qu'au regard de la diabolisation du Front National non encore disparue ils ne déclareraient pas voter pour moi au cours d'un tel sondage où la confidentialité de la personne qui répond n'est jamais assurée. Réalisé, selon le journal Libération par appel téléphonique de 558 personnes, ce sondage a été fait sur un tout petit échantillon et dans des conditions qui ne permettaient pas d'assurer la confidentialité des réponses. Dans le secret de l'isoloir, les citoyens pourront mieux s'exprimer en fonction de leurs convictions fortes.
Par ailleurs, quand des revues comme le Point ou l'Express accordent un quart de page pour me présenter après interview et plusieurs pages au tandem Robinet-Vautrin et Hazan, quand France Bleu Champagne Ardenne organise un débat de lancement de campagne sans inviter le Front National, quand FR3 fait des émissions de ce type sans m'inviter, ces médias donnent l'impression qu'il n'y a localement de choix qu'entre le PS et l'UMP et ses alliés. Les médias privés sont dans les mains de quelques financiers qui font l'opinion. Les médias publics dans ceux du gouvernement. Les unes et les autres soutiennent des partis qui mènent la même politique depuis près de 40 ans ( immigration, libéralisation mondialiste des échanges, libéralisme économique débridé, politique monétaire sur une monnaie ne permettant pas de relancer l'économie nationale, introductions de réformes sociétales contraires à la nature …).
La campagne officielle n'est pas encore commencée. Peut-être d'ailleurs que les personnes sondées n'ont pas assez fait le lien entre mon nom et le Front National qui représente pour beaucoup l'espoir d'un vrai changement.
L'action sur le terrain n'est pour nous qu'à son début. Je proposerai aux Rémois de choisir une autre politique et de ne pas faire confiance à ceux qui ont ruiné la France au plan national et lourdement endetté la vielle de Reims.
Rien n'est joué. Rappelons-nous le 21 avril 2002, avec Jean-Marie Le Pen qui accède au second tour quand Jospin interrogé quelques jours avant se gaussait à la question d'un journaliste sur la possibilité qu'il aurait de ne pas y figurer.

Roger Paris,
Tête de liste Reims Bleu Marine soutenue par le Front National







samedi 1 février 2014


POUR UNE VRAIE ALTERNATIVE: le FRONT NATIONAL ET LE RASSEMBLEMENT BLEU MARINE.
 
Nous étions au Boulingrin ce matin 

Distribution sous la pluie dans une proximité bien de chez nous que les mondialistes de la vraie gauche et des grands dirigeants nationaux de la fausse droite exècrent ou méprisent; dans la proximité d'un accordéoniste jouant divers airs de musique de chants populaires de culture française ( pas en anglo-américain...);  dans celle  d'un vendeur de saucissons.

Distribution dans le froid, mais réchauffée par  bien des sourires  qui disaient "on est avec vous", " on vote FN"

Demain, les Rémois voteront pour la liste Reims Bleu Marine (variante locale du Rassemblement Bleu Marine) soutenue par le Front National:

1) parce qu'ils veulent une vraie alternative à la politique pratiquée à Reims par le PS en matière:
- de dépenses publiques, de fiscalité (Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères et Taxe Locale sur le Enseignes et Publicités Extérieures);
- de gestion de projets ( sans consultation, sans écoute, sans recherche d'économies...);
- de "sécurité" ( dans des quartiers à insécurité et incivilités permanentes);
- de démocratie locale et de participation de la population aux grands choix engageant la ville dans un cadre pluriannuel (aucune consultation, aucune écoute, un site indigent en matière de décisions municipales qui commence à mettre en ligne quelques mois avant les élections...);
- de stratégie en matière de revitalisation du centre ville ( une réduction des possibilités de stationner sans densification des prestations offertes par les bus);
- de reconversion du site de la BA 112 ( non-écoute des propositions de l'association Vacarmes-Reims, inaction,...);
- non-anticipation des problèmes immobiliers ( Nautilud Reims), mauvaise gestion de la rénovation des halles du Boulingrin;
- d'aides publiques (aide à des associations communautaristes...);

(liste non exhaustive...)

2) parce qu'ils en ont assez de la politique de Hollande en matière: 
- de changement de société avec mariage homo, demain PMA et GPA pour homo, réduction des ayants droit aux allocations familiales, bourrage de crane des jeunes enfants pour les faire douter de leur sexe (d'ailleurs déjà initié sous Sarkozy);
  - d'économie ( poursuite du libéralisme économique au niveau mondial avec suppression effective des frontières, monnaie européenne ne permettant d'avantager la relance par l'exportation, charges non maîtrisées, fiscalité écrasante sans cesse en progression...);
- de "sécurité" ( zones de non-droit, absence d'actions d'envergure contre les réseaux de trafic en tout genre, absence d'actions effectives pour protéger le citoyen,...)
- de justice ( laxisme, loi Taubira pour ne plus incarcérer les malfrats condamnés à moins de 5 ans de prison, ...);
- de violence exercée contre les citoyens qui manifestent en toute légalité             ( intervention violente des CRS et des gardes mobiles quelques petites minutes, voire quelques secondes après la fin de l'heure prévue d'une manifestation et alors même que les barrages de police freinent ou interdisent la dispersion rapide; certains dénoncent d'ailleurs des provocations policières par de faux manifestants permettant aux forces casquées et bottées d'intervenir avec violence contre les vrais manifestants; arrestations arbitraires, etc...);
- d'immigration, alors que notre pays s'enfonce dans le chômage et ne peut assimiler tous ceux qui arrivent, dépense annuelle du fait de l'immigration estimée à 84 milliards d'euros dans le rapport Pasokhow, soit plus que le déficit public de l'État ( il devrait être de 74,9 milliards d'euros pour 2013);
- de déconstruction de la défense, déjà commencée sous Chirac et poursuivie sous Sarkozy ( réduction en cascade des effectifs, réduction des budgets en programmation et en réalisation, etc...).


Jean-Claude Philipot
Directeur de campagne de la liste Reims Bleu Marine
( municipales 2014)


mardi 28 janvier 2014


On avait initialement annoncé la venue de Marine Le Pen pour le 31 janvier. Des contraintes de salles, avec une fin de meeting impérativement imposée pour 14h par le gestionnaire du lieu au regard de la réservation qui avait été antérieurement faite par un autre client, ont fait décaler sa venue dans le temps.
Les salles de plus 300 places pour ce type de prestation se comptent à Reims sur les doigts d'une seule main, et il est difficile de  les réserver avec un préavis assez court.

Roger Paris a le plaisir de faire savoir que la venue de Marine Le Pen à Reims a pu finalement être montée pour le 17 février. L'information a été donnée à la presse hier.

La présidente du Front National viendra soutenir Roger Paris, tête de la liste Reims Bleu Marine pour les municipales 2014  au Palais des congrès, 12 boulevard Général Leclerc (Reims).
- 18h15: accueil public;

- 18h30:  meeting.



samedi 25 janvier 2014

             Roger Paris à la salle Armonville le 23 janvier 2014




C'est une quarantaine de personnes qui se sont déplacées le jeudi 23 pour écouter Roger Paris, tête de liste Reims Bleu Marine (RBM), pour sa première réunion publique salle Armonville annoncée avec des moyens volontairement minima par souci de la dépense publique ( c'est in fine les citoyens qui vont payer la campagne des candidats dans la limite d'un peu plus de 47% du plafond autorisé).

Roger Paris n'appartient pas à cette caste qui fait carrière en politique pour laquelle la politique est devenue une profession. Militant initialement dans les jeunesses giscardiennes, Il a rapidement rejoint le CNI. A l'époque, celui-ci défendait les valeurs de patriotisme et de souverainisme qui sont celles du Front National. C'est avoir été déçu par une droite qui n'appliquait pas le programme qu'elle défendait qu'il a rejoint le Front National.

Homme habité par l'esprit d'initiative, le courage et la passion du défit entrepreneurial, passé d'éducateur de quartier à cadre de chambre consulaire puis à chef d'entreprise, il a géré jusqu'à 5 entités différentes ( conseil d'entreprises, 2 écoles de vente, commerçant en produit diététique, complexe touristique et évènementiel). Homme naturellement généreux et désintéressé , il a fait tourner bénévolement une colonie de vacances pour les fils de commerçants regroupant près de 1000 enfants par an.

Pour Roger Paris, REIMS se décline en « Rassembler-respecter-réunir », « Ecouter-encourager- éliminer gaspillages et injustices », « Innover-informer-insérer », « Mobiliser-maîtriser les dépenses publiques- moraliser » et enfin « Sécuriser- servir ».

Ces objectifs se traduisent dans un programme qui sera bientôt dévoilé au fur-et-à-mesure de la campagne. 
 Point n'est besoin de l'annoncer trop tôt. La promesse dite à la presse depuis le mois de juin de réduire les indemnités des adjoints de 30 % a d'ailleurs été reprise par l'UMP. 
Le slogan « Libérons Reims », qui ne vise pas les personnes, mais les choix de la gauche, l'a été également. Celle de faire un effort de reformatage très important de la police municipale également, mais cette fois par le PS qui promet deux mois avant la fin de la mandature ce qu'il n'a pas fait pendant près de 6 ans à la tête de Reims.
Sécurité, maîtrise des dépenses publique, politique des déplacements et donc du stationnement aux implications structurantes pour la cité, transparence plus grande dans l'attribution des logements, mais aussi approches métapolitiques ciblées visant à raviver le patriotisme, l'expression artistique qui reste quand le vent de la mode versatile est retombé, politique de facilitation de la vie familiale et développement économique autour de quelques niches sur lesquelles Reims doit s'appuyer seront dans le programme. 

Si la politique est l'art de conjuguer le souhaitable et le possible, le développement, qui dépend directement et essentiellement des grands choix nationaux et communautaires en matière de politique des échanges et de moyens de paiement, relève à l'échelon local de la stratégie de positionnement sur les lignes de force du territoire. A Reims et à Reims Métropole de se positionner sur celles-ci.

Jean-Claude Philipot
Directeur de campagne de la liste Reims Bleu Marine